ChangementEntrepriseVision d'entreprise
Vision d'entreprise

Crédit photo: Wu Jianxiong

De la vision avant la mission

J’aime particulièrement l’image d’un capitaine de bateau avec son équipage et son navire. Alors je vous invite dans l’aventure d’une nouvelle vision.

Pour faire avancer le navire, un capitaine doit savoir où il se dirige. Quelle direction prendre dans ce vaste océan où les repères se font rares. Le Capitaine dans son long périple aura une vision claire du but à atteindre. Même si celui-ci est loin, aucunement perceptible aux yeux de tous, lui, il le voit très clairement.

La vision d’un capitaine

Une vision d'entreprise est une vision d'avenir

Crédit photo: Bertrand Borie

Évidemment, il existe plusieurs types de capitaines. Par exemple celui qui se sent au dessus de sa propre vision. C’est le Capitaine “Indépendant”. Il voit clairement cette avenir, il est très occupé à observer cet avenir. Pour lui, l’équipage doit savoir ce qu’il à faire, il ne veut pas leur dire quoi faire. « Ils le savent bien, c’est évident! ». Pourtant, quand un membre de l’équipage prendra position, le Capitaine “Indépendant” prendra une décision différente. Eh oui! il ne faut pas quitter le chemin. Il faut atteindre cette vision d’avenir au plus vite. L’équipage se sent saboté, s’épuise. Dans cette situation, avec un équipage non-entendu et épuisé, Ce Capitaine pourrait très bien raté l’iceberg qui se profil sur le chemin, mettant en péril équipage et navire.

Il y a le Capitaine “Borné” qui est trop obnubilé par le chemin. D’ailleurs c’est lui qui tient la barre au lieu de son timonier. Il ne veut ni perdre du monopole ni faire confiance à son second ou aux autres matelots. Il ne sait pas déléguer! Dans cet excès de contrôle, il ne peut avoir de vision d’avenir car il doit garder les yeux rivés sur l’océan tout en tenant la barre du gouvernail. Saviez-vous que le timonier ne voyait pas où il se dirigeait et recevait les ordres de manœuvres du second et du capitaine. Alors pour ne pas se laisser porter par courant et vent le Capitaine “Borné” prend et tente de contrôler tous les rôles. De ce fait il finit par perdre la route constamment ou rate les bons courant par manque de vision.

Une vision pour un avenir

Crédit photo: Tim Marshall

Ensuite il y a le Capitaine “Tao”. Un capitaine qu’on rencontre peu, mais qui en inspire plus d’un. Lui, il a une vision d’avenir. Il a pris le temps de discuter avec son équipage de ce qu’ils pensaient de cette vision. Ils ont échangé, transformé, adapté et amélioré cette vision. Elle n’est pas si différente de l’objectif initiale pourtant chacun s’y reconnaît et y adhère à 100%. Confiant le Capitaine “Tao” sait que son équipage à compris et adhéré à cette vision puisqu’ils l’ont fixé ensemble. Alors le capitaine ne s’occupe plus de la barre, il ne s’occupe plus de la vision, il s’occupe à ce que chacun ait ce qu’il faut pour assurer le bon état du navire et garder le cap. Il est donc le gardien du navire, de l’équipage, du chemin et de la vision.

Pour quoi faire et comment la voir (L’avoir)?

Pour devenir un Capitaine “Tao”, il est important de questionner chaque membre de son équipe. Chaque personne est garante d’une vision personnelle, de capacité. Ensemble, il est possible de créer une vision commune, une vision qui permet à chacun d’adhérer, de s’impliquer. A ce moment là l’intelligence collective, une économie en somme positive puisque le groupe, la force du groupe, est supérieur à la même somme des individus dissociés, devient la nouvelle force de ce groupe.

Bien évidemment il existe une multitude de capitaines. Dans ceux-là, je sais que certains ont peur. Peur du temps que cela peut faire perdre. Peur de perdre le contrôle de leur navire car la direction risque de changer.

Pourtant ce qui arrive la plupart du temps c’est que le navire à une meilleure capacité à s’adapter aux intempéries et les aléas de l’océan grâce aux capacités de chaque membre de l’équipage en plus d’une communication transversale bien établie.

implication des salariés grâce à une vision

Crédit photo: William Bout

En conclusion, le temps investit au début est récompensé par une efficacité, un gain de temps lors du déroulement du processus de gestion et d’application des tâches et de l’émergence de l’innovation.

D’ailleurs de plus en plus d’entreprise à succès ont bien compris ce principe. Les clients ressentent cette efficacité par le traitement rapide de leurs besoins.

Au sein du réseau Jeu du Tao, nous avons évidemment bien remarqué que les entreprises qui réussiront demain sont celles qui ont adhéré à une vision commune d’avenir avec tous leur collaborateurs. Depuis plus de 15 ans, l’art du jeu du Tao à fourni des outils aux entreprises qui veulent avancer avec une vision claire.

Et vous? Quel genre de Capitaine êtes-vous?

 

Laisser un commentaire